1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3

IMG_0019_2.JPG

 

 

Le cimetière militaire allemand

Ce cimetière, aménagé à partir de 1920, accueille les tombes de près de 2000 soldats allemands tombés dans le secteur allant de Mulhouse à la frontière suisse, lors de la Première Guerre Mondiale. 1427 militaires reposent dans des tombes nominatives et 539 soldats inconnus sont regroupés dans une tombe collective qui porte l’inscription. En 1975, des blocs gravés remplacent les croix en bois et le cimetière prend son aspect actuel.

Le monument surmonté d’un aigle a été initialement érigé sur l’aérodrome de Habsheim en la mémoire de trois aviateurs allemands tombés le 18 mars 1916, après avoir percuté un avion français au cours d’un combat aérien contre un escadron français de 18 appareils qui avait pour mission de bombarder la gare de la Wanne et l’aérodrome. Ce mémorial a été transféré à Illfurth lors de l’aménagement du cimetière, dans les années 1920.

A gauche de la fosse commune, la plaque 4/181 indique la tombe du lieutenant Mayer, premier soldat allemand tombé lors de ce conflit, le 2 août 1914, veille de la déclaration de la guerre, lors d’une échauffourée qui se déroula à Joncherey, au cours de laquelle mourut également le caporal Peugeot.

En haut et à droite du monument, une croix provenant de Carspach, démontée lors des travaux de construction de la déviation d’Aspach en 2010, rappelle le souvenir de 21 soldats morts dans la tranchée du Killianstollen en 1918.

A l’extrémité nord, le Conservatoire des Sites Alsaciens gère une lande sèche où fleurissent en mai-juin, une dizaine d’orchidées différentes.

 

025_-_copie.jpg

  

7 aviateurs américains "Morts pour la France"

ILLFURTH, le 29 janvier 1944 : un bombardier libérator B24 est abattu

Début 1944, les armées allemandes reculent sur le front russe et le front italien. Les alliés bombardent massivement l’Allemagne depuis 1942 en visant particulièrement les usines d’armement, les raffineries de pétrole, les voies de communication. Ces raids aériens ont pour but de terroriser les populations civiles allemandes et de démoraliser l’adversaire. Ils sont menés de jour par les Américains et de nuit par les Anglais.

Le 29 janvier, la 8e Air Force a pour objectif le bombardement de Francfort. 806 bombardiers, escortés par 632 chasseurs, partis de différentes bases convergentes vers la ville allemande.

Le 44e « Bomb Group » qui faisait partie depuis 1942 de cette unité et qui s’était déjà illustré lors d’un raid sur Ploesti, une raffinerie roumaine bombardée l 1er aout 1943, retourne vers l’Angleterre, sa mission accomplie. Un des avions de ce groupe, le bombardier Libérator B24 N 41-29157 qui comprend dix hommes d’équipage, essuie des tirs de la chasse aérienne ou de la Flack allemande et est fortement endommagé.

Son moteur intérieur droit est en feu.

Le pilote pense pouvoir tenir assez longtemps pour se poser en Suisse et longe le canal du Rhône au Rhin. Se rendant compte que l’état de son appareil ne lui permettra pas de continuer plus longtemps, il décide de se poser entre le canal et l’Ill à la hauteur de Illfurth, secteur qu’il vient de survoler. Il commence alors à tourner vers la gauche pour effectuer un demi-tour et engager une manœuvre d’atterrissage.

Six membres de l’équipage en profiteront pour sauter en parachute. Malheureusement trois d’entre eux trouveront la mort, leur parachute ne s’étant pas ouvert.

Quatre vedettes allemandes de DCA qui patrouillent sur le canal sont juste en train de passer l’écluse située à l’endroit choisi par le pilote pour se poser. Elles mitraillent l’appareil presque à bout portant.

L’avion bascule sur une aile puis s’écrase devant l’écluse 33. Une partie de la carlingue s’enfonce dans le sol très humide en cette saison. Aucun des quatre membres de l’équipage restés dans l’avion n’a survécu à cette chute.

Ils ne seront extraits de l’appareil qu’en 1946. Les trois parachutistes rescapés sont capturés, interrogés dans la maison de l’éclusier puis transférés dans un centre de regroupement en Allemagne.

Les corps de ceux qui ont trouvé la mort  en sautant sont enterrés au cimetière d’Illfurth et seront transférés  aux États-Unis en 1946.

Les soldats américains décédés à Illfurth ce jour-là sont :

  • Le lieutenant John Norguist, pilote
  • Le lieutenant Thomas Nielson, bombardier
  • Le T/sergent Russel Patterson, radio opérateur tombés en parachute
  • Le lieutenant George Maynard, pilote
  • Le T/Sergent Donald Porter, mécanicien
  • Le S/sergent Louis O'Donnell, mitrailleur latéral gauche et
  • Le S/ sergent Franck Arcamone, mitrailleur latéral droit morts dans l’appareil.

Par la suite le moteur et une partie du train d'atterrissage de l'avion ont été retrouvés et placés dans les locaux techniques municipaux.

avion.jpg

 

 

Les circuits pédestres 

-   Sentier 14-18 : à la découverte des vestiges de la grande guerre : casemates, abris, dépôts de munitions, poste d’observation, position d’artillerie…

-   Balisage spécifique au départ de la Burnkirch. Dénivelé de 100 mètres. Durée 2 h 30. Parcours agrémenté de panneaux explicatifs.

-   Circuits de randonnées de diverses difficultés, à travers l’Altenberg, au départ de la place de Gaulle.

 

 

icone pdfFascicule patrimoine militaire



Plan interactif

Mairie d'Illfurth

2, route d'Altkirch
68720 Illfurth

03.89.25.42.14

Envoyez-nous un e-mail