Quelques « Coups de Coeur »

Voici une sélection de romans qui ont marqué un groupe de lecteurs réunis vendredi soir pour un partage en toute convivialité :

Aujourd’hui, je viens demeurer chez toi.
A travers le récit du Juif collecteur d’impôts Zachée, l’auteur nous emmène dans la Palestine du temps de Jésus. C’est magnifique et bien documenté, aussi bien pour les croyants que les non-croyants.
La cave de ma mère
C’est un beau livre, écrit par le fils du personnage principal. Pendant la guerre, à Wittenheim, les enfants ont été mis en sécurité dans la cave, pendant quelques mois. Cela permets d’aborder tous les sujets de ce temps, et c’est très bien écrit.La vraie vie :
L’histoire d’une famille : une femme soumise, un père violent et chasseur, et deux enfants, un garçon et une fille. Puis c’est l’accident, et on bascule dans l’horreur de la « vraie  vie ». C’est écrit avec la candeur de l’enfant qui raconte. Un livre « coup de poing ».
Gare à Lou !
Du Teulé pur jus ! Impossible à raconter. C’est un genre de fable moderne : sans citer de nom, on reconnaît parfaitement les personnes et les lieux. Le personnage central est une petite fille qui a le pouvoir de souhaiter du mal aux autres et de voir accomplir ce souhait.
La disparition d’Adèle Bedeau
Ecrit par un écossais en français, le roman se passe entièrement à Saint-Louis (68 !). On sent parfaitement l’attachement de l’auteur à Simenon, Chabrol. Il y aussi quelque chose de « Crime et Châtiment » dans ce polar, où l’intérêt n’est pas dans le crime, ni même dans la chute, qui ne nous étonne pas. De plus, la présentation est particulière : l’auteur  nous parle du roman comme écrit il y a longtemps par un autre, tombé dans l’oubli jusqu’à une adaptation par Chabrol. Tout cela n’est pas vrai, bien sûr, mais il pousse le raffinement jusqu’à écrire une préface dans ce sens. Un nouveau Simenon ?
Chère Mrs Bird
Très britisch. Dans le ton du « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » et de « La dernière conquête du Major Pettigrew ». Histoire d’une jeune fille qui rêve de devenir reporter de guerre. Mais  nous sommes à Londres, pendant le Blitz. Elle se retrouve finalement dans le « courrier des lectrices ». On a un cocktail charmant d’humour, de « quant-à-soi », de raideur anglaise, de tendresse. Mais il n’y a pas que ça : on a aussi du tragique, le courage des femmes, la difficulté de vivre au quotidien… Et tout cela sans aucune lourdeur. Délicieux !
En ton âme et conscience
Un premier roman très réussi. A la limite du surnaturel et du sentimental, mais qui nous touche profondément, pas son sujet. Le personnage principal, médecin urgentiste, a vu quand il était enfant sa petite sœur enlevée sous ses yeux. Vingt ans plus tard, il rencontre un petit garçon qui lui dit que sa sœur est vivante et qui lui propose un pacte. Qui est-il ? On est entre « Et si c’était vrai » de Marc Lévy et le film « Ghost ». Mais c’est loin d’être superficiel. Il aborde des sujets graves : coma, fin de vie, choix à faire en notre âme et conscience. Et pourtant ce n’est pas triste, mais très émouvant. Très beau, cela donne à penser, avec références scientifiques, médicales, philosophiques. Une très belle lecture.
Olga
Après « Le Liseur », « Olga ». L’histoire commence à la fin du XIXe siècle à l’Est de l’Empire Allemand et se termine de nos jours. Olga, orpheline, vit chez sa grand-mère qui ne l’aime pas, dans un village hors du progrès. Elle rêve de devenir institutrice. Herbert, fils d’un riche industriel, ne rêve que d’aventures et d’espaces infinis. Tous deux vont devenir amis, puis amants, et réaliser leurs rêves, à l’époque où les femmes sont obligées de vivre en-deçà de leurs capacités, et où les hommes épousent les idées de grandeur de leur temps. Herbert Schröder a existé, il est parti en Antarctique en 1913 et n’a plus donné de nouvelles. Plus tard, Olga se lie avec un jeune homme qu’elle aimera comme un fils et qui est le narrateur de la seconde partie. Une troisième partie est constituée des lettres d’Olga, dans lesquelles le jeune homme devenu vieux découvre la vérité de cette femme hors du commun.
C’est l’histoire de l’Allemagne et ses idée de grandeur, sa folie des grandeurs, même. C’est le regard d’un écrivain, témoin de son temps et lui-même enfant de la guerre. Mais surtout un superbe regard de femme : humble, courageuse, obstinée, sûre de ses choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.